Publié : 10 février 2011

Spectacles et contes africains au collège : une autre rencontre

Spectacles et contes africains : une approche philosophique et musicale.

Adji Atoubaka est revenu au collège le 3 février 2011.

Après que la classe ait cherché à se souvenir du conte animalier entendu la semaine dernière, les élèves ont tenté, chacun leur tour, d’exercer leurs talents de conteurs.

Ensuite, Adji Atoubaka a repris une suite plus édifiante du conte.
A la fin de ce dernier récit, les élèves ont été invité à proposer une morale. Une concertation aussi sérieuse que conviviale, comme en attestent les photos ci-jointes, a produit ces adages :

Le traître n’est pas toujours qui l’on croit -
Qui fut pris qui croyait prendre -
La violence ne vaut pas la confiance -
La violence ne règle pas tous les conflits.

Après un autre conte, d’autres morales en furent tirées :

L’intelligence du cœur n’est pas avarice -
L’argent ne fait pas le bonheur -
La vie ne s’achète pas -
Riche ou pas, on peut être rusé.

Enfin, les élèves ont manipulé les instruments de musique amenés par le conteur griot togolais et tenté des rythmiques.

Sur ces deux interventions, la venue d’Adji Atoubaka aura été un moment de réflexion, de sagesse, d’écoute et de plaisir.

Portfolio automatique :